MISSION:

Promouvoir  le caractère sacré de toute vie humaine, de la fertilisation à la mort naturelle, en éduquant le public. Soutenir le droit à la vie pour l`enfant à naître, l`handicappé, l`infirme et les aînés qui tous ont été créés par Dieu.

OBJECTIFS:

Les objectifs tels qu`énumérés ci-bas dénotent la portée de nos soucis et de l`activité possible.

  • proclamer, promouvoir et témoigner activement pour le respect de la vie humaine dans toutes ses étapes de son développement et de son environnement, à partir de la conception;
  • revendiquer et défendre le droit à la vie des êtres innocents, de la conception à la mort naturelle;
  • attirer l`attention sur la nature fondamentale du droit à la vie dont dépendent tous les autres droits humains;
  • assurer que le droit à la vie est adéquatement protégé au Nouveau-Brunswick et au Canada;
  • tenir des conférences, réunions et échanges d`idées sur des matières concernant la dignité de la vie humaine;
  • s`impliquer dans la recherche portant sur le respect du droit à la vie et sur tous les aspects qui s`y rattachent;
  • offrir des services à la communauté portant sur les buts ci-haut mentionnés;
  • préparer et soumettre de l`information ayant rapport aux buts ci-haut mentionnés à des groupes publics ou privés, organismes, associations ou autorités;
  • disséminer de la littérature à des groupes publics et privés se rattachant aux buts ci-haut mentionnés;
  • coopérer avec des groupes publics et privés, organismes, associations ou autorités ayant des buts semblables;

Historique de l’Association Droit à la Vie Nouveau-Brunswick

La première Association Droit à la Vie Nouveau-Brunswick est fondée à Sussex en 1973. Elle fonctionne pendant plusieurs années sous la direction et la présidence de Mme Joan Colden.

L’association est reconstituée en 1980 en tant que corporation dotée de nouveaux règlements administratifs, et son siège social est à Moncton. Son premier président est Michael Murphy. Des chapitres de l’association sont fondés à Saint John, à Moncton et à Fredericton; d’autres s’ajouteront plus tard à Miramichi, à Sussex, dans la vallée de la St. Croix (St. Stephen), à Bathurst et dans la Péninsule acadienne.

Mme Sharon Ludwig devient présidente en 1982. L’association ouvre et maintient un bureau à Moncton, qui est alors le principal centre d’avortements du Nouveau-Brunswick, et engage deux employés.

En 1982, l’association organise une campagne d’annonces contenant des signatures : les noms de 40 000 personnes du Nouveau-Brunswick qui s’opposent à la pratique d’avortements sur demande au Moncton Hospital sont publiés dans un quotidien.

À la fin des années 1980, le regretté George Gilmore assume la présidence, et la région de Miramichi devient le véritable siège social de l’association. Saint John Valley Right to Life (région de Perth-Andover) et Northern Carleton Right to Life sont formés en tant que nouveaux chapitres.

L’association travaille avec ardeur contre l’ouverture en 1994 d’une clinique d’avortement indépendante à Fredericton. Au cours des années 1990, le chapitre de Saint John ouvre son propre centre de ressources dans cette ville. M. Gilmore commence à publier un bulletin intitulé Pro-Life Reports.

En 1999, l’association transfère son siège social à Fredericton, qui est alors le principal centre d’avortements de la province. Mme Elizabeth Crouchman devient présidente provinciale de l’association, qui engage un directeur général à plein temps.

En l’an 2000, l’association ouvre un bureau et un centre de formation à côté de la clinique Morgentaler.

Après l’an 2000, de nouveaux chapitres s’ajoutent à Gagetown, à Edmundston, à Oromocto et dans l’est du comté de Charlotte (régions de St. George et de ***Blacks Harbour).

Un adjoint est engagé pour le bureau provincial en 2002, et le centre de ressources est doté de personnel bénévole.

En 2001 et en 2002, l’association mène une campagne provinciale d’annonces télévisées visant les femmes enceintes qui envisagent un avortement et les femmes qui ont eu des avortements.

En 2002-2003, l’association s’oppose énergiquement à ce que des avortements commencent à être pratiqués à l’hôpital d’Oromocto.

En plus, elle critique publiquement la pratique d’avortements sur demande à l’hôpital Chalmers, à Fredericton.

En 2004, Mme Susan Leger devient présidente. De 2003 à 2005, l’association s’oppose activement au financement de la clinique Morgentaler à l’aide des deniers publics. En 2005, elle mobilise l’appui du public à l’enseignement de l’abstinence dans les écoles intermédiaires du Nouveau-Brunswick.

L’association tient actuellement une conférence provinciale annuelle, publie un bulletin deux fois par année, coparraine annuellement la Marche pour la Vie à l’Assemblée législative et maintient un site Web éducatif. Elle donne des exposés éducatifs dans les écoles, affiche des messages d’information communautaire et appuie les activités pro-vie sur les campus collégiaux. Elle collabore avec diverses confessions religieuses pour promouvoir le caractère sacré de toute vie humaine.

De nombreux chapitres organisent des dîners-bénéfices annuels, et plusieurs tiennent des vigiles de la Chaîne de la Vie pour les enfants à naître.

L’association est affiliée à l’organisme national d’éducation pro-vie VieCanada.